Assurance immobilier

Comment procéder en cas de loyer impayé ?

En tant que propriétaires, les bailleurs font face à de nombreux problèmes. Les loyers impayés en sont de bons exemples. Dans certains cas, il s’avère difficile de trouver de nouveaux locataires. Il faudra donc supporter ce risque d’impayés. Ce qui n’empêche pas que l’investissement locatif conserve tous ses atouts. Il suffit d’avoir les bonnes réactions si jamais vous êtes victime de loyers impayés. Dans la majorité des cas, vous aurez à procéder de la manière suivante.

Tenter une approche à l’amiable

Il est à rappeler que payer le loyer constitue un devoir du locataire. Le montant du loyer et la date de versement sont fixés en amont dans le contrat de location. Si un quelconque retard se manifeste, il vaut mieux toujours demander à l’amiable le règlement du loyer. En tentant une démarche à l’amiable, votre locataire peut donner des explications, causant le retard du paiement. Ceci pour vous dire que s’il s’agit d’une situation qui se produit souvent, vous devrez être plus prudent(e). L’approche à l’amiable peut devenir une faiblesse tenant compte de l’intention de votre interlocuteur. Pour votre loyer, il faudra procéder à une étape plus intense pour le récupérer, le cas échéant.

Opter pour un commandement de payer

En vue d’éviter tout problème de loyer impayé, pensez à vérifier la solvabilité de votre locataire. Si vous bénéficiez d’un des dispositifs comme la loi Duflot, sachez que le montant du loyer est plafonné. Il en est pareil concernant l’éligibilité de votre client au système comme l’APL. Si la démarche à l’amiable ne marche pas, vous n’avez guère l’option que le commandement de payer le loyer. Pour cela, vous aurez à contacter un organisme compétent. Il est surtout question de faire appliquer les clauses dans votre contrat. Le non-paiement du loyer peut conduire à la résiliation du bail que vous devrez communiquer à votre locataire. Le montant et la date étant indiqués dans le contrat, veillez à exiger leur respect. Le juge compétent aura à analyser la mauvaise foi du locataire ainsi que sa capacité à payer le loyer. L’huissier de justice fera l’élaboration du commandement de payer.

Se décider pour une poursuite judiciaire

Une autre option consiste à se souscrire à des assurances loyer impayées. Ainsi, dès que votre locataire ne paie pas son loyer, vous pouvez entrer en contact direct avec votre assureur. Néanmoins, vous aurez à fournir les pièces justificatives y afférentes pour privilégier de ce droit. En effet, après validation de votre requête, votre compagnie d’assurance verse le montant convenu en attendant le règlement de la situation. Cependant, la donne peut être totalement différente si vous avez un locataire en statut d’étudiant ou d’apprenti. Si la démarche à l’amiable ou encore le commandement de payer ne suffit pas, il vaut mieux s’adresser au tribunal. Vous augmentez ainsi votre chance d’être recouvert(e) des impayés. Il est vrai qu’une telle décision va nuire à votre relation avec le locataire. Toutefois, si ce dernier ne respecte pas ou n’est plus en mesure de verser le montant fixé, vous n’en êtes pas responsable. Vous appliquez juste les mentions dans le contrat de bail.

Quitter la version mobile